Projet


Actions de renforcement à la sécurité et à la sûreté de Lyon 1

Dans un contexte de vigilance accrue par la menace terroriste, l’Université Claude Bernard Lyon 1 souhaite poursuivre ses actions de renforcement de sécurité et de sûreté, auprès des personnels comme des étudiants. Elle travaille ainsi à la mise en place d’un système d’alerte par SMS qui permettra de prévenir en temps réel en cas d’événement grave. Ce système a été testé lors d'un premier exercice de simulation le 12 mai 2017.


Système d'alerte par SMS

Ce système d’alerte par SMS permettra de prévenir en temps réel non seulement en cas d’attentat mais aussi de risques chimiques ou de problèmes lors des examens. L’inscription à cette plateforme est libre et gratuite pour les étudiants comme les personnels. Ce système ne fonctionne que si le plus grand nombre de personnes est inscrit, nous comptons donc sur chacun d’entre vous pour vous inscrire mais également pour sensibiliser et mobiliser autour de vous.
 


Exercice de simulation

Un premier test de la plateforme a été effectué vendredi 12 mai 2017 dans le bâtiment Nautibus sur le campus LyonTech-la Doua. 

En préparation de l’exercice, chaque personnel, enseignant, ou étudiant du bâtiment a été averti pour qu’il s’inscrive sur la plateforme et reçoive le sms d’alerte. L’objectif de cette opération était d’évaluer les connaissances de chacun en matière de sécurité mais également l’efficacité de la plateforme suite aux instructions fournies dans le sms.

Le jour de la simulation, chaque personne inscrite a donc reçu le sms suivant : « Exercice attentat à l'Université Claude Bernard LYON 1 site DOUA ; Ne vous exposez pas. Abritez-vous. Restez silencieux et confinés. Alertez les personnes autour de vous ».

L’exercice a tout d’abord montré que le dispositif d’alerte fonctionne parfaitement sur le plan technique, avec un taux de 98% de messages d’alerte réceptionnés par les 107 personnes inscrites préalablement sur la plateforme.

Les mesures préconisées en cas de confinement ont par ailleurs été bien appliquées. Après avoir attendu quelques minutes, une équipe a circulé entre les salles et les étages et a relevé les points suivants : 

  • Les personnes se sont majoritairement enfermées à clé dans leur bureau, barricadées et cachées,
  • Le silence a été effectué et parfaitement respecté,
  • Les téléphones portables ont été mis en silencieux, (absence de sonnerie sur les quelques tests effectués)
  • Les lumières ont été éteintes dans nombre de bureaux et autres espaces. 

Certaines personnes, très minoritaires, sont cependant demeurées à vue et vulnérables, car mal confinées ou ne se sentant pas concernées. D’autres, non inscrites à la plateforme mais présentes dans le bâtiment (en formation ou de passage), n’ont tout simplement pas reçu le message d’alerte et été prévenues.

Le bilan est donc globalement positif, avec des personnes ayant joué le jeu et bien réagi. Les enseignements tirés de cette simulation seront mis à profit, notamment dans le cadre de l’organisation future d’un exercice de même type, mais dans une configuration différente.



En mars dernier, une série de 4 conférences sur le thème du « risque terroriste en milieu universitaire » avait réuni près de 400 personnes dans les différents sites de Lyon 1.

Publié le 5 septembre 2017 Mis à jour le 4 décembre 2017