Campus, Université,


Semaine d’intégration : un Escape Game géant pour découvrir le campus !

Pour la première année, l’Université Lyon 1 organisait une semaine d’intégration, du 3 au 7 septembre 2018, entièrement dédiée à l’accueil de ses nouveaux étudiants. Sur le campus LyonTech - la Doua, un programme festif, découpé en plusieurs temps forts, avait été prévu : accueil en amphi, Garden party, Olympiades... Un escape game géant était également proposé aux L1 de la Licence STS : le 4 septembre 2018, les zombies ont envahi le campus ! Les nouveaux étudiants avaient pour mission de combattre ce fléau. Enigmes, codes à déchiffrer, témoins à interroger : ils ont relevé de nombreux défis en équipe pour trouver l’antidote nécessaire à leur « survie ». Au travers de ce jeu grandeur nature, ils ont pu faire des rencontres, découvrir le campus et ses services pour une intégration des plus réussies. Lisez l’aventure inédite qu’ils ont vécu le temps d’une journée !

Il est 12h30, les étudiants de L1 sont enfermés dans plusieurs amphis de Thémis, un logo leur est tamponné sur le bras : sans le savoir un virus vient de leur être inoculé… Celui développé lors du projet Integratio mis au point par le laboratoire collectif international DNA Co de Lyon 1. Les étudiants découvrent dans une vidéo la nature de ce virus et les missions qu’ils devront accomplir pour en guérir.

Depuis plus de quinze ans, les scientifiques de DNA Co travaillent sur l’élaboration de projets axés sur la manipulation de l’ADN humain et animal. Alors qu’ils étaient à l’aube d’une ère nouvelle où tout serait permis (régénération des membres, augmentation de l’espérance de vie, traitements contre les virus fléaux de notre temps…), certains collaborateurs ont décidé de saboter le projet : le virus élaboré lors des recherches se propage... Sans antidote, il mène à une transformation certaine : en zombie.

Trois destins s’offrent alors aux étudiants : guérir, mourir avant de se métamorphoser en zombie ou évoluer et devenir des surhommes. Répartis en plusieurs équipes, les étudiants doivent à présent tout faire pour ne pas terminer en mort-vivant !  Pour cela, ils doivent retrouver sur le campus les trois docteurs du projet Integratio qui leur donneront la clé pour élaborer un remède : un antidote permettant de guérir ou un sérum capable de faire évoluer les symptômes en pouvoirs extraordinaires.

À 13h15, c’est le top départ. La course aux énigmes est lancée et des zombies contaminent leurs premières victimes. Natya, de l’équipe Pyxis est l’une d’entre elle… Au gymnase, elle patiente pour se faire maquiller en zombie. Pour cette étudiante fraîchement inscrite en Licence de SVT, l’escape game est « bien mieux qu’une visite classique pour découvrir le campus ». « Rechercher par nous-mêmes les différents sites nous permettra de mieux les retenir », ajoute-t-elle.


Un étudiant vient d’être contaminé par un zombie : direction le gymnase pour se transformer à son tour en mort-vivant.

À 15h, devant la morgue installée pour l’occasion près de Nautibus, Ellis, Jules, Cyril, Thomas et Mathias de l’équipe Polaris font le point sur leur parcours. Ils ont déjà récupéré des indices à la BU, au SSU, à Astrée et leur équipe n’a subi aucune perte pour l’instant. Ils viennent de trouver une clé USB dans un corps sans vie : sur cette clé, de précieuses informations pour la suite de leur aventure. Pour ces étudiants en première année de licence SVT ou PCSI, découvrir le campus au travers d’un escape game est très « innovant ». C’est une belle approche « pour bien s’intégrer, rencontrer des gens, découvrir les sciences et les lieux de l’université », témoignent-ils.


L’équipe Polaris au complet… pour le moment.

Près de la table d’autopsie, Alexandre, de l’équipe Maïa, a eu moins de chance que les membres de Polaris… Lors de la fouille du cadavre, il n’a pas utilisé de gants de protection pour récupérer la clé USB. Cette erreur « fatale » lui ayant coûté sa vie dans le jeu, il est maintenant condamné à devenir un zombie.


Alexandre autopsie un corps afin d’y trouver un indice.

Un peu plus tard, à l’aide d’un smartphone connecté sur Claroline connect, une équipe cherche des informations en réalité augmentée sur la frise du bâtiment Darwin pour les besoins de l’enquête, tandis qu’à l’Herbier les étudiants affluent. 

 

Parmi les collections de plantes, ils rencontrent de drôles de personnages… Des herboristes et botanistes « quelque peu déjantés », dont l’un n’hésite pas à siroter un flacon de cigüe, aident nos étudiants à trouver des indices.

 

Julien de l’équipe Sphinx repart avec un échantillon de plante pour concocter un sérum. Son équipe a choisi de se séparer : une stratégie pour aller plus vite. L’étudiant apprécie le scénario proposé et cette approche originale qui lui permet de découvrir le site de manière autonome. « C’est à toi de faire le premier pas », insiste-t-il.


« J’ai quelque chose pour vous », Julien apporte un code à l’herboriste en échange d’un nouvel indice.  

Au bâtiment Astrée, Vanessa, Soibrat, Elizabeth et leurs co-équipières réfléchissent à la prochaine étape : « Il faut aller au SSU maintenant ». Là-bas, elles auront à trouver un code dissimulé dans une radiographie. L’expérience Integratio qu’elles qualifient « d’intéressante » leur a permis de découvrir différents sites du campus, malgré leur difficulté parfois à s’orienter dans le jeu. Elles viennent de participer à un quiz pour obtenir un parchemin. Les flèches dessinées sur ce document aident ensuite à décrypter un tableau périodique des éléments. En isolant Ca, Rg et O, l’énigme indique qu’il faut se rendre au bâtiment Cargo pour la suite du jeu.


 À Astrée, les étudiants décryptent le tableau périodique des éléments à l’aide d’un parchemin.

Il est 16h20, devant la serre trois étudiants se mettent à courir. Les zombies sont de plus en plus nombreux sur le campus. C’est maintenant une vraie horde qui sort du gymnase.



Nicolas, transformé en zombie, descend de la BU. Pour cet étudiant en 1ere année de licence Math-info, « le campus est tellement grand que c’est une bonne idée » de mettre en place cet escape game afin de repérer les lieux. À présent, « les principales salles, on les connaît », dit-il. 


Pour nos étudiants bénévoles qui participaient à l’organisation du jeu, l’expérience est aussi une première. Mathieu est inscrit en première année de Master informatique, il s’est porté volontaire pour plusieurs motivations : « On aurait tous aimé avoir une telle semaine d’intégration », explique-t-il. Participer à cet événement "est aussi une manière de rencontrer des gens", ajoute-t-il.


Luc, étudiant Lyon 1 qui participait à l’organisation, a accepté d’endosser un rôle un peu particulier : celui du zombie Charlie ! Ce personnage à chercher, premier humain contaminé, pouvait aider les équipes à avancer dans le jeu.

À 17h, les 900 étudiants participants cessent l’enquête : c’est l’heure du bilan. Plusieurs d’entre eux ont été transformés en zombies. D’autres ont réussi à résoudre l’énigme du jeu. Au SOIE, ces derniers ont rencontré les trois docteurs : ils n’ont pas écouté les recommandations du traître mais ont suivi celles qui menaient à l’élaboration du sérum au bâtiment Thémis. 


Un étudiant confronté à l’ultime épreuve : choisir les conseils du bon docteur.

Félicités lors de la cérémonie de remise des prix, les grands gagnants sont fiers d’avoir gagné et heureux d’avoir participé à cette aventure inédite qui leur a permis de se familiariser avec leur nouveau campus : « ce fut un moment vraiment convivial qui a permis de faire de superbes rencontres et de se sentir plus à l'aise dans l'Université ! », témoigne Andréanne.


 Pegasus, l’équipe gagnante de ce grand jeu, reçoit le premier prix de l’escape game Integratio.

 Lire le programme complet de la semaine d'intégration des étudiants de Lyon 1.

Crédits photographiques : Eric Le Roux / Direction de la communication Lyon 1


Publié le 7 septembre 2018 Mis à jour le 13 septembre 2018